Accueil > Océan Indien (O.I) > Initiatives en régions > Réunion > Archives 2015 > 14e Colloque VIH, hépatites Océan Indien - Aux Seychelles - Du 13 au 15 (...)

Archives 2015

14e Colloque VIH, hépatites Océan Indien - Aux Seychelles - Du 13 au 15 octobre 2015 - Communication du Docteur David METE, intitulée « Prévention et prise en charge de l’usage des drogues intraveineuses »
"Le colloque s’est déroulé les 13, 14 et 15 octobre 2015 à Mahé aux Seychelles, sur le thème « S’unir pour combler les écarts et arriver à zéro nouvelle infection, zéro nouveau décès et zéro discrimination ».

Cette manifestation a réuni des éminents professeurs, des spécialistes du VIH et des hépatites, des personnalités de La Réunion, des personnels soignants, des paramédicaux, des associations et des personnes militantes vivant avec le VIH issues des différents pays de la zone Océan Indien (îles Comores, Maurice, Madagascar, Mayotte, Rodrigues, Réunion, Seychelles).

L’organisation annuelle du colloque régional permet l’échange des informations médicales, sociales et épidémiologiques, l’actualisation des connaissances sur la prise en charge médico-sociale des personnes vivant avec le VIH/sida et/ou les hépatites, la mise en œuvre d’ateliers de travail et d’échanges.
L’enjeu est important car plusieurs milliers de personnes vivent avec le VIH et/ou les hépatites dans l’Océan Indien.

Cette année, la problématique des drogues injectables s’est ajoutée au programme du fait du nombre croissant d’usagers dans certaines îles et des risques de contaminations élevés au VIH et aux hépatites sans réduction des risques et programmes d’échanges de seringues."

En savoir plus : site de RIVE Océan Indien

A cette occasion, le docteur David METE, chef du service d’addictologie du CHU Réunion Félix Guyon, a présenté un diaporama sur la « Prévention et prise en charge de l’usage des drogues intraveineuses ».

Il y souligne la morbi-mortalité très élevée chez les injecteurs de drogues. Cette pratique est en moyenne à l’origine de 5 à 10% des cas de VIH, voire jusqu’à 40% dans certains pays (notamment en Tanzanie et à Maurice).

A La Réunion, le tableau de bord 2013 « Infection à VIH /Sida à La Réunion » de l’Observatoire Régional de la Santé note que 6% des patients suivis sur le département en 2012 ont été contaminés par injection de drogue (voie intraveineuse).

« L’association de traitements de substitution aux programmes d’échanges de seringues, aux antirétroviraux donne les meilleurs résultats en termes de prévention de la transmission du VIH et du VHC chez les injecteurs de drogues. »

En savoir plus : voir le diaporama du Docteur METE
Publié le 17 novembre 2015
Mis à jour le 12 mars 2018