Accueil > Océan Indien (O.I) > Initiatives en régions > Réunion > Création d’un centre expert hépatites virales pour la région Réunion-Mayotte

Réunion

Création d’un centre expert hépatites virales pour la région Réunion-Mayotte

« Le Centre hospitalier Universitaire de La Réunion (CHU), le Centre Hospitalier Gabriel Martin (CHGM), le Groupe Hospitalier Est Réunion (GHER) et le Centre Hospitalier de Mayotte (CHM) ont conventionné pour la création d’un Centre Expert Hépatites Virales Réunion-Mayotte , coordonné dans l’ouest de l’Île par le CHGM.
Cette nouvelle structure, véritable référence dans la zone Océan Indien, permettra une meilleure prise en charge des patients par une coordination accrue entre tous les professionnels de santé.

La récente législation impose que les prescriptions des nouveaux antiviraux directs pour l’hépatite C soient validées en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) regroupant des gastro-entérologues, infectiologues, virologues, pharmaciens.

Mais en l’absence de centre expert à La Réunion, les dossiers étaient envoyés en métropole, engendrant des retards considérables dans la prise en charge.
Dans un contexte démographique en constante augmentation à La Réunion, la création d’un centre expert pour la prise en charge des hépatites virales permet, entre autres, de lever ces difficultés et de faciliter la prise en charge des patients de La Réunion mais aussi de Mayotte.

Le centre expert est chargé des missions relevant de la veille et de la recherche épidémiologique, de l’enseignement et de missions « transversales » notamment à visées informatives. Il contribue également aux actions de prévention et à l’élaboration des orientations stratégiques dans la région en lien avec l’ARS-OI (Agence Régionale de Santé de l’Océan Indien) et le COREVIH (Coordination régionale de lutte contre l’infection au VIH) Réunion Mayotte. »

Source : Zinfos 974

Hépatites et addictions

La morbi-mortalité est très élevée chez les injecteurs de drogues. L’association de traitements de substitution aux programmes d’échange de seringues, aux anti-rétroviraux donne de meilleurs résultats en matière de prévention de la transmission du VIH et du VHC chez les injecteurs de drogues.
A La Réunion, 6% des personnes atteintes par le VIH l’ont été suite à l’usage de drogue par intraveineuses.
En savoir plus : Diaporama Prévention et prise en charge de l’usage de drogues intraveineuses (PDF - 2.1 Mo)

Publié le 15 juin 2016
Mis à jour le 13 décembre 2017