Accueil > Département Français d’Amérique (D.F.A) > Politiques publiques > Martinique > Politiques de Santé > Orientations politiques de l’ARS de Martinique

Politiques de Santé

Orientations politiques de l’ARS de Martinique

Cet article comprend deux thématiques :

  1. La Stratégie Nationale de Santé (extraits des synthèses des débats)
  2. Le Projet Régional de Santé

1- Stratégie Nationale de Santé

Marisol Touraine a présenté le 19 juin 2014 les grandes orientations de la loi de santé. Le projet s’articule autour des grands enjeux que sont la prévention et l’éducation, le parcours des soins, l’innovation et les droits des patients.

Certaines propositions issues de la synthèse des débats en Martinique ont été reprises dans la synthèse des débats qui a servi à l’élaboration des orientations de la loi de santé :

Des thématiques et des populations prioritaires

La santé de la période périnatale à l’entrée dans la vie active


P 14
« La région est au premier rang des accouchements prématurés et de la mortalité périnatale. » D’où les propositions suivantes :
  • La mise en place d’un observatoire de la périnatalité, en collaboration avec les équipes de l’Inserm [Institut national de la santé et de la recherche médicale]
  • Le développement de centres périnataux de proximité, offrant une prise en charge globale [sanitaire et médico-sociale] pré et post-natale, et un suivi pluridisciplinaire des femmes enceintes ; le renforcement du dépistage et du suivi des enfants à risque de handicap, par une organisation des soins déployée au plus près de leurs lieux.

L’organisation des parcours de soins et le service territorial de santé

Des modalités de travail en commun diversifiées
P27
En Martinique, la situation d’accès aux soins est jugée globalement mauvaise par les participants aux débats. Le développement des équipes pluridisciplinaires, dans les centres de santé et des maisons de santé de proximité, apparaît comme une des solutions pour faciliter l’accès aux soins de premier recours pour toute la population.

Assurer la coordination des parcours de santé
P 29
En Martinique, les conclusions des débats préconisent de contribuer, dans chaque réseau, à la généralisation du concept du professionnel de santé coordonnateur ou de case management.

Des systèmes d’information accessibles et partagés

*Développer la télémédecine, accélérer le déploiement du dossier médical partagé (DMP) et créer un service public d’Information en santé

P42
C’est dans une logique de développement de « l’hôpital hors les murs » qu’est envisagée la télémédecine, conjointement avec la création d’équipes mobiles de territoire déployées par les professionnels de santé libéraux.
Les débats en Martinique font ressortir l’impératif du développement du DMP parmi les outils utiles aux professionnels de santé pour se coordonner.

Communiquer et valoriser le débat public sur la politique de santé
P 53
En Martinique, c’est une politique de communication globale qui est suggérée :

  • réaliser et diffuser des supports de communication [bulletins d’information, spots télévisés, etc.], contribuant à l’information des usagers et des partenaires de la politique de santé ;
  • lancer et exploiter des enquêtes, en associant les représentants des usagers, afin d’évaluer les parcours de santé, les procédures et dispositifs en place ;
  • organiser périodiquement des débats publics, pour inciter la population à s’approprier les questions de santé."

Source : site du ministère des affaires sociales et de la santé

Plus d’informations sur les débats en Martinique

2- Plan Régional de Santé 2011-2016

Le PRS de la Martinique est l’outil stratégique unifié de la politique régionale de santé. A ce titre, il fait référence au modèle de santé pluridimensionnel préconisé au niveau national.

Il comprend :

a) Le Plan Stratégique Régional de Santé (PSRS)

C’est la première composante du PRS ; il définit les priorités (problèmes et/ou déterminants de santé) de santé de la région et les objectifs permettant de les décliner dans les domaines de la promotion de la santé et de la prévention, de la sécurité sanitaire, du médico-social, des soins ambulatoires et hospitaliers, de l’observation sanitaire et sociale.

b) Quatre programmes :

c) Trois schémas

- Schéma de Prévention

- Schéma d’organisation de l’offre de soins

- Schéma d’organisation Médico-social

A noter dans la synthèse en ligne du PRS :
(p12)[...] " Le projet régional de santé (PRS) de la Martinique repose principalement sur quatre axes majeurs autour desquels s’articulent des transformations des organisations existantes pour faire évoluer l’ensemble du système de santé vers une meilleure accessibilité et efficience :
1. Une transformation de l’offre hospitalière intégrant le soin comme une étape dans le parcours de santé du martiniquais.
2. Une transformation dans l’accessibilité à l’ensemble du système par le renforcement et la structuration d’une offre de premier recours graduée et coordonnée au niveau des 4 territoires de proximité.
3. Une transformation de l’offre médicosociale pour l’intégrer dans la même logique de parcours de santé coordonnés avec la prévention et les soins au niveau de chaque territoire de proximité.
4. Une transformation des comportements et des habitudes par le développement d’une véritable culture de prévention et promotion de la santé" [...]

p18 : Pour la psychiatrie et la santé mentale
[...]L’un des principaux objectifs est de compléter le dispositif d’hospitalisation complète et d’alternatives à l’hospitalisation pour couvrir les besoins non couverts de la population, par la mise en place des filières de soins psychiatriques spécialisées[...]. Le SROS accorde une attention particulière à la filière de la prise en charge des détenus et des addictions. Le SROS a donc préconisé d’organiser en filière complète, allant de la prévention à la réinsertion sociale, la prise en charge des addictions (voir p 19 de la synthèse du PRS pour plus de détails)

p19 : Renforcer la Psychiatrie universitaire du CHU
Il s’agit du développement de savoir-faire inédits, de programmes de recherche et de mission d’enseignements :
[...]La création d’un centre de référence du psycho traumatisme s’articulant autour d’un centre de consultation régional pour la prévention, le diagnostic et la prise charge des pathologies en coordination avec les autres structures impliquées (CUMP, urgences, secteurs adultes et pédopsychiatriques) mais aussi pour la formation des personnels soignants et l’établissement de projets de recherche. Il s’agit d’éviter les conséquences éventuelles d’une exposition à un événement à potentiel traumatique : addictions, conduites suicidaires, syndrome de stress post-traumatique, pathologie somatique,[...]

p32 La prévention sélective des risques  :
Trois priorités méritent d’être rappelées à cause des interfaces à coordonner avec les partenaires externes à l’ARS : la maîtrise de la fécondité, la lutte contre le surpoids et l’obésité et la lutte contre
les addictions
.

p33 : La prévention des addictions
La politique de lutte contre les addictions doit avoir une approche globale et intersectorielle[...]
L’ARS pilotera un programme régional transversal et intersectoriel intégrant à la fois les orientations en addictologie des autres schémas d’organisation de l’ARS (offre de soin et offre médico-sociale) mais également celles des autres politiques publiques.
[...]
Le SRP insiste sur la coordination entre tous les acteurs afin de :

  • Elaborer un partenariat avec les acteurs clés (DJSCS, Rectorat, Préfecture/MILDT, services de la Justice dont pénitentiaire…) pour développer des priorités communes en matière de promotion de la santé et de prévention.
  • Mettre en cohérence les orientations de l’ARS avec les mesures du plan MILDT et rendre visible ces dernières
  • Impulser et accompagner une dynamique de promotion de la santé et de prévention auprès :
    • des acteurs du social, notamment dans le domaine de la réinsertion des usagers de produits psycho-actifs et plus particulièrement des anciens détenus, en lien avec la DJSCS
    • des collectivités territoriales et locales autour de la prévention des addictions
  • Impliquer les structures hospitalières et/ou médico-sociales dans des actions de promotion de la santé et prévention médicalisée (ex : ETP/CSAPA).

Source : ARS Martinique

Publié le 12 août 2014
Mis à jour le 20 février 2018