Accueil > Dossiers thématiques > Les conduites addictives des jeunes en France : des singularités dans les (...)

Les conduites addictives des jeunes en France : des singularités dans les DOM ? (Actualisation juillet 2014)

lundi 15 juillet 2013, par Reine-Marie PAYET-VENIN

Les comportements de santé des jeunes se situent actuellement au coeur des enjeux de santé publique. Parmi eux, les conduites addictives posent, en France comme à l’échelle mondiale, un problème de santé publique majeur, dont les impacts sont multiples aux niveaux sanitaire, médical, social et économique.

La notion de conduites addictives comprend aussi bien les addictions aux substances psychoactives (alcool, tabac, substances illicites, médicaments) que les addictions comportementales liées à des activités et non à des substances, comme par exemple le jeu pathologique ou les achats compulsifs.

« L’addiction se caractérise par l’impossibilité répétée de contrôler un comportement et la poursuite de ce comportement en dépit de la connaissance des conséquences négatives. » (Ministère des Affaires sociales et de la santé).

Les comportements à risques liés aux addictions se manifestent différemment suivant le contexte géographique, social, suivant l’âge et le sexe des usagers et ils évoluent dans le temps. D’où l’importance des enquêtes menées régulièrement par l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES) sur la santé en général (avec des informations sur les addictions) ; cependant, ces études n’incluent pas encore les DOM. Mais l’enquête Baromètre santé en cours est étendue pour la première fois aux DOM.

A signaler deux documents récents qui apportent des informations sur la consommation de drogues chez les jeunes dans les DOM :

  1. Tendances N° 93 de l’OFDT (Juillet 2014) pour les drogues chez les jeunes de 17 ans dans les DOM (hors Guyane et Mayotte),
  2. Conduites addictives chez les adolescents-Usages, prévention et accompagnement. Expertise collective. INSERM. Février 2014 pour les conduites addictives des jeunes Français, ceux des DOM compris (hors Guyane et Mayotte).

Le numéro Tendances "analyse les résultats des 3 dernières enquêtes ESCAPAD (2005, 2008 et 2011) à la Guadeloupe, à la Martinique et à La Réunion. Il y étudie les niveaux de consommations de produits psychoactifs tout en comparant ces données à celles recueillies en métropole. Globalement, la proportion de consommateurs de substances psychoactives apparaît plus faible que chez les jeunes de métropole.

Parmi les jeunes de 17 ans résidant dans les DOM étudiés, les trois substances licites et illicites plus diffusées sont dans l’ordre, comme en métropole, l’alcool, le tabac et le cannabis. L’analyse des usages montre de grandes similitudes que ce soient en termes de niveau et d’évolution des usages entre la Guadeloupe et la Martinique. À La Réunion, les niveaux semblent plus élevés et se rapprochent de ceux observés en métropole.

En ce qui concerne les niveaux de consommation d’alcool, ils sont plus marqués en Guadeloupe. Cet usage se caractérise également par des comportements excessifs : l’alcoolisation ponctuelle importante (API) au cours du mois est en hausse entre 2005 et 2011 en Guadeloupe et à La Réunion.

Comparativement aux deux autres DOM, le niveau de tabagisme observé à La Réunion est élevé et il est, de surcroît, orienté à la hausse sur la période 2005-2011.

Le risque d’usage problématique de cannabis plus élevé dans les DOM (deux fois plus élevé parmi les jeunes Domiens).

Il serait utile de tenir compte de ces spécificités lors de la mise en place d’actions de prévention dans ces départements.« L’expertise collective de l’INSERM présente (p. 84 - 87) les données épidémiologiques et sociales dans les départements d’Outre-Mer : »Dans les DOM, la population adolescente est globalement moins concernée par les pratiques addictives qu’en métropole. Ce constat est vrai pour tous les indicateurs et pour tous les départements, avec toutefois quelques nuances :

  • Les niveaux de consommation d’alcool (régulière ou ponctuelle importante) sont très proches dans les trois DOM étudiés en 2011 (Guadeloupe, Martinique et Réunion), et très inférieurs à ceux observés en métropole.
  • Si le tabagisme est 2 à 3 fois moins fréquent qu’en métropole, parmi les DOM, il apparaît cependant comparativement élevé à la Réunion suite à une augmentation importante des taux d’usage quotidien entre 2008 et 2011.
  • L’usage de cannabis est globalement moins fréquent qu’en métropole, excepté à la Réunion où le niveau d’expérimentation est comparable à celui de la métropole (40 % versus 41,5 %). Les usages réguliers de cannabis s’avèrent toutefois comparables.
  • Pour les autres produits illicites, les niveaux d’expérimentation sont comme en métropole extrêmement faibles, avec une particularité concernant les poppers dont l’usage est quasi inexistant dans les DOM contrairement à la métropole.

Il faut néanmoins souligner une plus grande précocité des consommations à La Réunion, puisqu’à 13 ans, 31 % des jeunes déclarent avoir déjà été ivres (contre 16 % en métropole), 5 % fument quotidiennement (contre 2 % en métropole) et 9 % ont déjà expérimenté le cannabis (contre 5 % en métropole) (Beck et Richard, 2011). Si l’on tient compte du fait que la précocité d’entrée dans les usages est un marqueur significatif du risque de basculement dans des usages problématiques, il y a là certainement un enjeu majeur de prévention dès le début du collège, au moins à la Réunion."

Enquêtes pour des publics spécifiques de la France (DOM compris)

Il s’agit par exemple des jeunes âgés de 17 ans (enquête sur la Santé et les Consommations lors de l’Appel de Préparation À la Défense ou ESCAPAD) ou encore des étudiants (enquêtes de la Mutuelle des Etudiants).

Pour La Réunion, l’Observatoire Régional de Santé (ORS) publie chaque année un Tableau de bord des addictions. Il a également publié en 2011 une étude sur les « Usages et mésusages des jeux et d’Internet chez les étudiants à La Réunion ». Et en 2012, il a réalisé, pour le Dispositif d’Appui « drogues et dépendances" de La Réunion, un document sur la situation des données pour les conduites addictives chez les jeunes.

Concernant les Antilles, il existe en plus des données sur les étudiants, un document du CIRDD de la Martinique sur « l’Etat des lieux de la consommation des substances psychoactives à la Martinique"..

Pour la Guadeloupe, les données sont celles de l’enquête ESCAPAD de 2011. En Guyane, vient de paraître les Actes de la Conférence Régionale de Santé et de l’Autonomie : « Conduites addictives et comportements transgressifs chez les jeunes : Pourquoi ? Regards croisés. »

Seront repris ci-après, les faits marquants de ces études avec des liens vers des sites pouvant apporter des informations complémentaires. L’analyse comparative est écartée pour des raisons méthodologiques : en effet, toute corrélation entre les données des différentes sources devient complexe voire hasardeuse du fait des critères d’inclusion et des années de référence qui diffèrent d’une étude à l’autre.

 

Addictions et santé des jeunes de l’Hexagone : « Des consommateurs plus nombreux et pourtant conscients des risques » (INPES)

« Les conduites addictives des jeunes de l’Hexagone se caractérisent par l’importance du rôle tenu par le cannabis et les épisodes d’alcoolisations ponctuelles importantes ou API (cinq verres en une seule occasion pour les jeunes). »

L’alcool festif et excessif

Les jeunes se démarquent de la population générale par des taux d’API et des épisodes d’ivresse plus importants.

La tendance en matière de consommation s’est inversée entre 2005 et 2010 après plusieurs années de baisse. Cette tendance est surtout le fait d’une augmentation des API qui place la France au 12e rang européen sur 33 pays, ainsi que d’une hausse de la consommation à risque chronique ou de dépendance avec 11 % de jeunes de 15-30 ans concernés ainsi que des ivresses.

Les étudiants sont deux fois plus nombreux à déclarer des API hebdomadaires : 11 % en 2010 vs 5 % en 2005.

Le tabac : produit le plus consommé

44% des jeunes de 15-30 ans sont des fumeurs (dont 36% de fumeurs réguliers) mais ils fument leur première cigarette plus tardivement.

Les étudiants sont moins nombreux à fumer de manière régulière (23 %) que les jeunes actifs (42,5 %) et surtout que les jeunes qui sont au chômage (53 %).

La consommation de cannabis : La France au 1er rang pour les élèves de 15-16 ans

Selon l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT), 5 % des jeunes de 17 ans présentent des risques d’usage problématique ou de dépendance au cannabis.

« La France est un des pays de l’Union Européenne où la consommation de cannabis dans l’année (chez les 15-64 ans) atteint le niveau le plus élevé. Elle se classe au 1er rang pour les élèves de 15-16 ans. » Et il est admis que
l’expérimentation avant 16 ans influe fortement sur la consommation future de cannabis.

Parmi les consommateurs réguliers de cannabis, la tendance est à la baisse chez les étudiants (3 % en 2010 vs 5 % en 2005).

Des addictions sans substances encore peu étudiées …

Dans l’Hexagone, à 17 ans, la proportion de joueurs au cours des 12 derniers mois est de 39 %. Il y aurait, à cet âge, 0,3 % de jeunes concernés par le jeu excessif.

Une typologie d’étudiant polyconsommateur … …

9 % des 15-30 ans sont des « polyconsommateurs » en consommant régulièrement au moins deux produits psychoactifs.

Chez les étudiants, le lien entre les addictions aux différents produits (tabac, alcool, cannabis) est criant. Et d’après le Baromètre sur la santé des étudiants publié par le réseau français des mutuelles de proximité EmeVia : « Les consommateurs réguliers de cannabis sont dans la majorité des cas des fumeurs de tabac quotidiens et des consommateurs importants d’alcool. La consommation de cannabis est la porte d’entrée aux autres drogues (poppers, champignons hallucinogènes et cocaïne). La consommation de produits addictifs, notamment le cannabis, l’alcool et le tabac favorise la participation des étudiants à des jeux d’argent. »

 

Particularités des conduites addictives dans les DOM

D’après une étude menée en 2011 sur la consommation de substances psychoactives dans les DOM, l’INPES note que « les niveaux de consommation de produits psychoactifs y sont globalement inférieurs à ceux de la métropole. »

« L’usage de cannabis s’avère moins fréquent qu’en métropole, à des niveaux similaires pour la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et La Réunion.

Les expérimentations d’autres drogues à 17 ans sont particulièrement rares en Martinique et à la Réunion et semblent un peu plus élevées en Guyane, à des niveaux proches de ceux de la métropole. »

« Cependant, l’enquête montre qu’il existe à La Réunion et à Mayotte une alcoolisation importante des 15-25 ans, des niveaux de consommation en hausse, notamment chez les filles et des prises de produits psychoactifs très précoces.

Les Antilles et la Guyane sont particulièrement touchées par la consommation de crack par des populations marginalisées (l’âge moyen de l’expérimentation est de 24 ans). »

Aux Antilles et en Guyane

« Les résultats des enquêtes scolaires sont confirmés par ceux de l’enquête ESCAPAD qui ne concerne que des jeunes de 17 ans, scolarisés ou non. Les usages de produits psychoactifs sont relativement comparables entre les 3 départements français d’Amérique et sont inférieurs à ceux observés en France hexagonale sauf pour les médicaments psychotropes. Les jeunes des trois départements, Martinique, Guadeloupe et Guyane présentent à 17 ans des taux d’usage régulier d’alcool et d’ivresses répétées plus faibles que ceux de la métropole et stables depuis 2005.

  • En Martinique

Les jeunes de 17-18 ans de Martinique ont un profil qui se situe globalement dans la moyenne des autres DOM. 

L’alcool est la substance psychoactive la plus expérimentée et la plus consommée régulièrement et les garçons sont plus consommateurs que les filles.

« 11 % des filles et 16 % des garçons de 17 ans sont fumeurs réguliers contre respectivement 28 % et 30 % dans l’Hexagone. On peut noter également que le différentiel filles/garçons pour la consommation de tabac reste marqué en Martinique alors qu’au niveau national, depuis de nombreuses années, la consommation des filles se rapproche de celle des garçons. »

  • En Guadeloupe

9% des jeunes de 17 ans déclarent un usage quotidien du tabac. Concernant l’alcool, 11% des jeunes déclarent être passés par des épisodes répétés d’usage d’alcool ponctuel sévère en 2008 contre 10% en 2005.

 

A La Réunion

Les évolutions des conduites addictives sont différentes de celles observées dans l’Hexagone (ESCAPAD). Les principaux constats sont les suivants :

  • Précocité des comportements à risques notamment dans l’expérimentation des ivresses ;
  • Fréquence des consommations inférieure à l’Hexagone notamment pour les usages réguliers d’alcool, les ivresses répétées et les expérimentations d’API ;
  • Consommation de médicaments détournés de leur usage ;
  • Polyconsommation.
  • Chez les étudiants : au moins 13 % des usagers d’internet ont un usage à risque et près de 10% des usagers de jeux vidéo ont un usage problématique.
 

Sources :

Beck F., Richard J-B. dir. Les comportements de santé des jeunes. Analyses du Baromètre santé 2010. Saint-Denis : INPES, coll. Baromètres santé, 2013 : 344 p.

OFDT, Drogues et addictions, données essentielles, Saint-Denis, OFDT, 2013, 399 pages

Les drogues à 17 ans : premiers résultats de l’enquête ESCAPAD 2011. N°79, février 2012

Baromètre EmeVia / CSA : La santé des étudiants en 2013
dossier de presse EmeVia

Enquête 2011 de la santé des étudiants. Synthèse consultable sur le site de la LMDE / Rubrique Sécurité sociale et santé des étudiants

Documents consultés pour les DOM

Dossier de presse du Ministère de la santé. Alcool et drogues : un dispositif de communication spécifique déployé dans les Départements d’Outre-mer. Septembre 2011

Données des départements d’Outre-mer 2011 au format excel - OFDT

  • Les Antilles-Guyane

Etat des lieux de la consommation de substances psychoactives à La Martinique. CIRDD. 2011

Consommation de substances psychoactives en population générale :
Premiers résultats de l’enquête Martinique 2011

Consommation d’alcool chez les jeunes de Martinique. Données de base. CIRDD. Juin 2011

La prise en charge des addictions en milieu hospitalier et ambulatoire en Guadeloupe et dans la COM de Saint Martin. ORSAG. 2009 (PDF - 840.2 ko)

Réseau Addictions Guadeloupe (RAG)

  • La Réunion

Usages et mésusages des jeux et d’Internet chez les étudiants à La Réunion

Tableaux de bord addictions ORS La Réunion

Les addictions chez les jeunes à La Réunion. Etat des lieux des données. ORS / DADD. Décembre 2012 (PDF - 5.7 Mo)

 

En savoir plus

 

A noter  :
Les informations pratiques concernant les Antilles sont susceptibles de réactualisation, suite au travail collaboratif en cours avec les acteurs concernés.