Accueil > Bibliographie > Documents téléchargeables > Tabac chauffé et vape… Confusions… volontaires ? SAOME. Mai 2020

Bibliographie - Documents téléchargeables

Titre Tabac chauffé et vape… Confusions… volontaires ? SAOME. Mai 2020
Codification
Auteur(s)
Edition SAOME
Année 2020
Lieu d'édition
Thème Drogue licite,Prévention,Santé
Lieu de consultation
Type de document Article
Format En ligne
Lien web
Résumé
Face au succès de la vape et au recul des ventes de cigarettes traditionnelles, l’empire du tabac contre-attaque avec le tabac chauffé et crée une confusion entre ces produits.
Les produits de tabac chauffé sont-ils des cigarettes électroniques ?
Les industriels avancent une nocivité réduite de ces produits. Stratégie de marketing, notamment vis-à-vis des jeunes, friands de nouvelles technologies ?


La vapoteuse, avec ou sans nicotine, sans combustion

La vapoteuse  : dispositif qui permet de vaporiser un e-liquide aromatisé, additionné ou non de nicotine. L’aérosol est produit sans combustion ce qui évite la production de produits nocifs. Dans une perspective de réduction des risques, le vapotage est nettement moins dangereux que la cigarette traditionnelle.

En savoir plus : consulter le diaporama « Le sevrage tabagique et la vape ? » (SAOME, octobre 2019)

Et les produits de tabac chauffés ?


Actuellement, il existe deux types de produits qui permettent de chauffer du tabac à une température plus basse que lors de la combustion (entre 30 et 350°C vs 600°C pour les cigarettes classiques) :

  • Les produits chauffant des bâtonnets de tabac. Des bâtonnets de tabac « sticks » sont insérés dans un dispositif doté d’un élément chauffant alimenté par une batterie qui permet de libérer un aérosol contenant notamment la nicotine. Exemple de produit : IQOS
  • Les produits de tabac chauffé utilisant des capsules. Un flux d’air chaud ou un aérosol vaporisé à partir d’un liquide traverse le tabac contenu dans une capsule pour produire un aérosol inhalable. Il n’y a pas de combustion et la température de vaporisation est inférieure à la température de combustion. Exemple de produit : PLOOM


Source : Revue médicale suisse

Contrairement à la vapoteuse, la plupart des produits de tabac chauffé sont produits par l’industrie du tabac.

En savoir plus : consulter le site stop-tabac.ch

Moins nocif que la cigarette ?

Les fabricants de tabac chauffé présentent ces produits comme à risque potentiellement réduits par rapport à la cigarette. Ils dégagent les mêmes produits toxiques et cancérigènes que la cigarette classique mais en quantité réduite selon les fabricants. Or, aucune recherche indépendante n’a pour l’heure réellement pu confirmer ces allégations. (Source : Revue Médicale Suisse)

Même si le tabac chauffé dégage moins de toxiques, la diminution des composés ne signifie pas encore une diminution du risque de maladies mortelles et de cancers.

A ce jour il n’y a pas de seuil de risque nul aux produits du tabac. Ainsi, même les fumeurs occasionnels (1 à 5 cigarettes par jour) ont une augmentation significative de risques de maladies pulmonaires, de maladies cardiaques, de cancers par rapport aux non-fumeurs. C’est moins la quantité que la chronicité qui rend le tabac si dangereux. De ce fait, une diminution des composés ne signifie pas une diminution du risque de cancers.

La confusion est également maintenue concernant le tabagisme passif en lien avec ces produits. Les cigarettiers affirment que les produits du tabac chauffé n’affectent pas la qualité de l’air intérieur. Les professionnels de santé publique appellent à des études indépendantes pour s’en assurer.
Selon l’Alliance contre le tabac, « les objectifs de la mise sur le marché du tabac chauffé, par la majorité des grands cigarettiers, sont clairement énoncés : ils apparaissent économiques et financiers, visent la re-normalisation du tabac et la vente d’un nouveau produit, avec un argument marketing de prétendue moindre nocivité que le tabac fumé. »

Un régime à part

Les courtes cigarettes du tabac « chauffé » sont actuellement classées par les autorités françaises parmi « les nouveaux produits du tabac » (par opposition notamment aux cigarettes traditionnelles).
Ces produits échappent ainsi à la règlementation sur le conditionnement (paquet neutre), vendus avec des emballages séduisants visant à donner une image de pureté/santé, avec apposition du strict minimum d’avertissements sanitaires . Ils sont par ailleurs moins taxés que les cigarettes traditionnelles. (site du CNCT)

Les produits de tabac chauffé, ou le recrutement de nouveaux consommateurs, notamment parmi les jeunes

Les industriels développent des stratégies marketing sophistiquées, en faisant notamment appel à des influenceurs payés par l’industrie, sur Instagram, Google, Twitter. D’où une crainte de forte recrudescence des jeunes consommateurs.

Selon l’Alliance contre le tabac, des études indépendantes de l’industrie du tabac rapportent qu’une forte proportion des consommateurs de produits de tabac chauffé sont des non-fumeurs.

Face à ces constats, la journée mondiale sans tabac 2020 qui aura lieu le 31 mai se penche sur la protection des jeunes générations, avec pour thème principal « Protéger les jeunes contre les manipulations de l’industrie et les empêcher de consommer du tabac et de la nicotine ». L’OMS pointe en effet l’intérêt de plus en plus important accordé par l’industrie du tabac aux jeunes, un marché émergent et vulnérable pour ses produits addictogènes. Il s’agit d’un problème urgent et d’un défi pour les responsables de la lutte antitabac de tous les pays. (En savoir plus : site de l’OMS)

Au final, le tabac chauffé est-il porte d’entrée ou de sortie dans le tabagisme ?

Selon l’OMS, « il y a une grande lacune dans les connaissances (des produits du tabac chauffé), car cette nouvelle génération de produits n’a pas été suffisamment longtemps sur le marché pour qu’on puisse en étudier les effets potentiels.

On ne peut pas encore tirer de conclusions sur leur capacité à aider au sevrage tabagique, leur potentiel pour attirer de nouveaux jeunes consommateurs (effet de porte d’entrée) ou les interactions en cas d’utilisation simultanée avec les produits classiques ou les cigarettes électroniques.

De nouvelles études indépendantes devront s’intéresser à ces effets, de même qu’à l’innocuité des produits de tabac chauffés et aux risques qu’ils entraînent. »

La plupart des enquêtes sur ces produits sont menées par des auteurs affiliés à l’industrie du tabac. D’autres, indépendantes, annoncent que les produits du tabac chauffé sont davantage une porte d’entrée en tabagisme qu’une porte de sortie et qu’il n’est pas espéré de réduction de risque chez les utilisateurs mixtes.
Quoiqu’il en soit, tout vaut mieux que la combustion du tabac et la vape est beaucoup moins nocive que le tabac chauffé.
Le meilleur moyen d’éviter les risques associés à la consommation de tabac restant évidemment de ne pas fumer. Il n’y a pas de meilleures alternatives.

Bibliographie :

Publié le 25 mai 2020