Accueil > Département Français d’Amérique (D.F.A) > Appels à projets / d’offres > Guyane > Appel à projets « Création de 10 places d’appartement de coordination (...)

Guyane

Appel à projets « Création de 10 places d’appartement de coordination thérapeutique à domicile ». ARS Guyane. Avant le 15 juillet 2018
« Les appartements de coordination thérapeutique (ACT), dispositif médico-social [...] « hébergent à titre temporaire des personnes en situation de fragilité psychologique, sociale nécessitant des soins et un suivi médical, de manière à garantir l’observance des traitements, à permettre un accompagnement psychologique et une aide à l’insertion".

L’expérimentation « ACT à domicile » propose, à contrario, d’accompagner des personnes malades en situation d’invalidité et de précarité bénéficiant d’un logement.

Ces patients ne nécessitent pas une hospitalisation, mais présentent une dépendance importante dans l’accomplissement des gestes de la vie quotidienne et souffrent de vulnérabilités psychiques, économiques et/ou sociales.

Objectifs de l’expérimentation Ce dispositif propose donc un accompagnement global. Les objectifs principaux étant :
  • la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé en favorisant l’accès aux soins ;
  • le travail de suivi social et de réinsertion professionnelle dès lors que c’est envisageable ;
  • le maintien dans le logement, la prévention des expulsions locatives ou la recherche d’un logement si le type d’habitat dans lequel se trouve la personne suivie est jugé indigne ou insalubre ;
  • l’observance des soins, la prévention en santé, l’éducation thérapeutique du patient et in fine le renforcement de l’autonomie et de la capacité à agir des individus concernés (empowerment).

Sur le plan des valeurs, « l’ACT à domicile » doit aider à l’autonomie de l’individu. »

Dépôt des candidatures : avant le 15 juillet 2018

En savoir plus et télécharger le cahier des charges et ses annexes sur le site source de l’ARS de Guyane.

Vague

Note de votre plateforme
Liens entre précarité et addictions, Santé mentale et addictions


Le Plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives 2013 - 2017 de la MILDECA précise que "dans le domaine des conduites addictives, les inégalités sociales sont particulièrement marquées. On observe en effet qu’un niveau plus élevé d’abus ou de consommation excessive est associé au faible niveau socioéconomique.
[...]L’absence d’exercice d’une activité professionnelle est un facteur de vulnérabilité aux conduites addictives avec une surconsommation de substances psychoactives.
"

Dans « Précarité économique, précarité affectivo-sexuelle et addictions » de Jean Maisondieu - SWAPS n° 53 - il est également mentionné :
« Il existe des liens complexes entre addictions et précarité économique. Nombre d’addictions conduisent à la précarisation des conditions de vie. Inversement, la précarité économique facilite l’apparition et surtout l’aggravation des conduites addictives ».

Dans « Comorbidity of substance use and mental disorders in Europe. » EMCDDA. [Rapport en anglais], 2015 : « Le lien entre consommation de drogues et problèmes de santé mentale est complexe, l’interaction entre les deux pouvant s’exercer de diverses manières. Dans certains cas, le trouble psychiatrique peut être un facteur de risque pour la consommation de drogues, tandis que dans d’autres, c’est l’utilisation d’une substance qui peut déclencher le trouble de santé mentale. Ces différentes associations posent la question de la réponse à porter en termes de prise en charge et de contrôle des actes délictueux. »

Publié le 14 juin 2018